Nourrir sainement la métropole du grand Paris

Des circuits de proximité alimentaire à grande échelle.
Une perspective d’avenir qui s’enracine dans l’histoire du territoire.

Capture d’écran 2016-02-26 à 13.07.36Rendez-vous au débat public post-convention d’affaires, lundi 14 mars à 18h30 !

De plus en plus attentifs à la qualité de leur alimentation, soucieux de savoir où et comment est produite leur nourriture, les Franciliens ont des exigences de qualité qui modifient en profondeur les filières alimentaires. Cela conduit, et c’est une bonne nouvelle, les acteurs professionnels à retrouver le chemin des relations commerciales de gré à gré, là où les procédures d’achat normalisé que leur imposent les logiques d’intégration industrielle horizontale réduisent leur autonomie et leur niveau d’exigence professionnelle. 

Développer une culture du gré à gré sur les filières alimentaires peut entraîner un vaste développement économique créateur d’activités et d’emplois pour le territoire à condition de ne pas renoncer à la qualité nutritive et gustative des aliments ni d’oublier les questions de productivité et de logistique (stockage, conservation, livraison) qui sont à développer dans le respect des objectifs de réduction de gaz à effet de serre et de pollution urbaine. Ces exigences ont été résolues dans le passé par les maraîchers de Paris qui avaient développé des techniques capables de nourrir en quantité et en qualité de productions plus d’1 million de personnes. Ils arrivaient à une productivité de 20 kilos de légumes par m² et par an,  sans pesticide ni engrais chimiques,  en faisant jusqu’à 7 récoltes par an. Ces techniques sont à la base de la permaculture et sont aujourd’hui une référence mondiale pour les initiatives d’agriculture urbaine.

À l’occasion d’ « Alimentons-nous » et de la réédition par les éditions du Linteau du «Manuel pratique de la culture maraîchère de Paris» de 1845, nous vous invitons à  venir en discuter lundi 14 mars à 18h30, à Saint Denis (accès)

 En présence de :
Patrick Braouezec (président de  Plaine Commune), Jean Luc Brault (artisan semencier, gérant de Graines del Païs), René Kersanté (maraîcher de Saint-Denis), Jean-Michel Roy (responsable de l’unité Patrimoine de la Courneuve), Bernard Marrey (Les éditions du Linteau), Jean-Pierre Dardaud (président de l’association Minga)

« On a oublié que les maraîchers parisiens avaient atteint l’excellence au milieu du XIXe siècle, excellence alors reconnue dans toute l’Europe. Sans transport et sans conservation par le froid, il fallait trouver de quoi s’alimenter sur place et il y avait un million d’habitants. Cette leçon revient d’actualité alors que l’on recherche des aliments biologiques le plus nourrissant possible.« Manuel pratique de la culture maraîchère de Paris, à paraître aux Editions du Linteau, mars 2016.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone